• Caisse de transport pour lunette William Optics GTF81

    Caisse de transport pour lunette William Optics GTF81Caisse de transport pour lunette William Optics GTF81 La valise livrée avec la lunnette était une daube chinoise sous-dimensionnée.
    J'ai décidé de construire un écrin digne de ce nom à l'instrument nouvellement acquis.

    Effectivement, la caisse fournie ne pouvait pas contenir la lunette avec le chercheur monté. Elle ne pouvait pas non plus contenir la mousse d'origine.

    J'ai donc décidé de construire une caisse de type "flying case", plus légère que celle en bois précédemment réalisée pour le  Célestron SC8, et avec un fini plus "pro".

    Je me suis mis à la recherche de fournisseurs de panneaux en polypropylène (PP) découpés sur mesure et des accessoires qui vont avec : profilés alu, coins, fermetures, poignées.

    En fouinant sur internet, j'ai trouvé le site de la Société VEXI qui correspondait tout à fait à mes attentes, notamment pour la découpe sur mesure des panneaux et profilés. Je me permets de leur faire de la pub car je suis satisfait de la prestation (délai, précision, produits, contact). Cliquez sur l'image pour être dirigé vers leur site internet.

    Caisse de transport pour lunette William Optics GTF81

    J'ai adopté des panneaux polypropylène (PP) "astroboard" (ça ne s'invente pas...) de 7 mm, pour un montage dans les profilés correspondant en alu (cornières "casemaker" et profilés "emboitements" pour le couvercle).

    La découpe des panneaux sur mesure facilite grandement le transport. Les découpes sont nettes, droites et précises.

    La découpe des profiles peut être droite ou en biseau (45°) selon vos indications. Attention : dans le cas des découpes biseautées, compter 10 mm de plus à chaque extrémité dans les cotes que vous indiquez, pour prendre en compte le dépassement des biseaux.

    Je me suis fait livrer mon "kit" de flying case dont les pièces sont illustrées ci-après :

    Caisse de transport pour lunette William Optics GTF81

    Parmis les accessoires, on peut voir 4 fermetures "papillon" et 3 poignées. L'ensemble m'est revenu à 123 € et quelques (expédition comprise).

    La photo ci-après montre un assemblage "à blanc", avec les découpes pour les poignées et fermetures réalisées dans les panneaux du bas et du haut de la caisse.

    Caisse de transport pour lunette William Optics GTF81

    Il a fallu plus de 100 rivets divers et variés pour assembler le tout. Une journée entière de travail (je ne suis pas un pro de la fabrication de flying cases) m'a permis de faire travailler mes pectoraux.

    Les dimensions intérieures de la caisse : L 500 x l 320 x h 300 (180 + 120)

    Les rivets de fixation des accessoires (poignées et fermetures) et des coins sont traversants : 4 x 16,9, avec rondelle côté intérieur (je n'avais pas commandé de contre-plaque).
    Les rivets de fixation des profilés "casemaker" ne débouchent pas à l'intérieur de la caisse (3 x 8).
    Les rivets de fixation des angles ne débouchent pas à l'intérieur de la caisse (4 x 8).
    La quasi-totalité des rivets sont à tige acier. Pour en avoir mis certains de diamètre 4 à tige alu, je vous conseille les rivets alu/alu qui sont plus faciles à sertir (tant pis pour les pectoraux...).

    Ci-dessous la caisse finie, fermée et ouverte avec son contenant : une lunette William Optics GTF81 avec son mini-gidescope et un Synguider monté dessus.
    La hauteur du couvercle a été prévue pour pouvoir transporter l'ensemble monté ainsi.

    Caisse de transport pour lunette William Optics GTF81Caisse de transport pour lunette William Optics GTF81

    Même s'il y a quelques jeux dans le montage, l'ensemble est très présentable et fait très "pro". La caisse est d'une légèreté surprenante en comparaison de celle en bois du Célestron SC8. La rigidité est bonne, surtout caisse fermée. Le couvercle est suffisamment rigide pour supporter le poids de la caisse pleine lorsqu'elle est tenue par la poignée supérieure.
    La mousse d'origine rentre pile-poil dans la caisse : vive le sur-mesure !

    J'avais fait faire un devis chez des fournisseurs pour la réalisation complète d'une telle caisse. Le montant était entre 3 et 4 fois plus élevé.

    Et encore, je n'ai pas exploité toutes les possibilités de rangement, rack etc... permises par les accessoires disponibles.
    Cela me donne envie de refaire une caisse pour le SC8...

     

     

    « 04 août 2013 : PST Coronado, SPC900NC et Canon EOS 1100DAccueil »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    2
    Lundi 4 Août 2014 à 19:10

    Bonjour,

    On pourrait comparer le PP et le bois (contre-plaqué) selon deux principales caractéristiques : résistance à la flexion (pliage), résistance à l'enfoncement (poinçonnement).

    Pour ce qui est de la résistance à la traction, je dirais que c'est kif-kif.

    Concernant la flexion : le PP est moins rigide, ce qui pose effectivement la question de la flèche du couvercle où est fixée la poignée de transport. Toutefois, je n'enregistre qu'une flèche de 2 mm maxi au centre du couvercle (dimensions 500 x 320) lorsque je porte la caisse par la poignée centrale supérieure alors que la masse totale de la caisse remplie est de 15 kg. Bien entendu, la rigidité vient en grande partie des profilés en aluminium et est directement fonction de leur distance à l'axe du couvercle.

    Pour éviter une flexion excessive du couvercle sous une charge élevée, on peut contourner le problème en utilisant deux poignées sur les côtés (ce que j'ai fait, mais dont je me sers peu compte tenu de la masse modérée du chargement actuel).

    Concernant l'enfoncement, la plaque de PP est meilleure car un impact qui laisserait une marque dans du bois n'en laisse pas dans le PP (à moins de donner volontairement un coup de poinçon).

    Si vous transportez dans la même caisse la monture + les contre-poids, les 15 kg vont vite être dépassés et je pense que cela posera problème pour une poignée située au milieu du couvercle (d'un point de vue musculaire, d'une main, également) smile

    Pour le remplissage, j'ai utilisé la mousse d'origine de l'emballage de la lunette. En quelque sorte, la caisse a été construite "autour" du bloc de mousse.

    Bonne continuation dans votre projet !

    Salutations,

    Philippe

    1
    Racailloux
    Lundi 4 Août 2014 à 14:24

    Bonjour,

     

    Je viens de découvrir ce dossier et je cherche également à me réaliser des boites de transport pour mon matériel astro.

    Je connaissais "http://www.flightcase-brico.com", mais pas vexi.fr. Les premiers ne proposent que du matériel sur base d'une structure bois et ne proposent pas la découpe. Ce qui m’intéresse dans votre expérience que vous partagez.

    Pouvez-vous me dire si les plaques en PP sont comparables en solidité à du bois de même épaisseur?

    Par rapport au poids qu'embarque votre valise, avez vous constaté une déformation sous le poids lorsque vous prenez par la poignet supérieure?

     

    Qu'avez vous utilisé pour le remplissage (mousse) ?

     

    j'ai dans l'idée de faire ne premier une caisse de transport pour la monture, sa raquette de motorisation et les pièces mécaniques associées. J'ai donc du poids à y placer, je suis donc curieux de la résistance de ce type de matériaux.

    Merci de partager cette aventure.

    Rac'

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :